LE SOLAIRE EN CERDAGNE : Histoire d'un Professeur nommé Filix TROMBE

En 1947, le professeur Félix Trombe, décide de s'installer à Mont-Louis pour construire en 1949 le premier four solaire du monde, bouleversant ainsi le milieu scientifique.

C'est le premier four solaire au monde, expérimental dans la citadelle de Vauban.
Il a été construit juste aprés la seconde guerre mondiale. Il a servi de modèle dans le monde entier. Il démontre le potentiel de l'énergie solaire et ses inonbrables applications. Vous découvrirez également la cuisson au four solaire.



Renseignements au Syndicat d'Initiative de Mont-Louis


Le Grand Four Solaire d'Odeillo est le symbole mondial de l'énergie solaire en France. Ce centre de Recherche est situé en Cerdagne, dans le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes, au Sud de la France. Un territoire remarquable pour la durée et la qualité de son ensoleillement en lumière directe (environ 2750 h/an), et pour la pureté de son atmosphère.

LE GRAND FOUR SOLAIRE D'ODEILLO,

 
Un site majeur de notre patrimoine scientifique. Premier four solaire de taille semi-industrielle construit
au monde. Sa parabole est inscrite depuis 2009 au titre de monument historique. Il abrite le
laboratoire PROMES*, une Unité Propre de Recherche du CNRS de renommée internationale.
PROMES* : (PROcédés, Matériaux, Énergie Solaire).

Ce four, construit entre 1962 et 1968, est l'aboutissement d'une démarche scientifique commencée en 1946 par le Professeur Félix Trombe. Des premiers essais à l'observatoire de Meudon validèrent l'efficacité de la lumière du Soleil concentrée pour obtenir des hautes températures, dans des conditions de grande pureté, destinées à l'étude de matériaux.
Potentialité confirmée avec la construction du Four Solaire de Mont-Louis en 1949.

Le Professeur Félix Trombe, initiateur avec Marc Foex, et Melle Henry La Blanchetais, des fours solaires de capacités industrielles à partir de 1946.
Jean Fauveau, Ingénieur Général des Poudres, joua un rôle essentiel en obtenant de l'armée, l'autorisation pour Félix Trombe, d'installer un premier four solaire dans l'enceinte militaire de Mont-Louis.


Actuellement à Odeillo les travaux concernent :

Axe 1 - L'étude et l'élaboration de matériaux soumis à des conditions extrêmes. (Espace,
aéronautique, industries de pointe, fusion nucléaire ...).

Axe 2 - La conversion, le stockage, le transport de l'énergie, "avec la mise au point de
matériaux et de procédés ayant un impact potentiel dans le domaine du développement
durable", comme l'évaluation globale d'une micro centrale solaire à concentrateurs
cylindroparaboliques, ou l'étude d'une centrale solaire de nouvelle génération : PEGASE,
testée sur le site de THEMIS




 



COMMENT EST NE THEMIS :
 
Suite aux chocs pétroliers des années 1970 et à  la prise de conscience nationale de la nécessité de s’ouvrir à des moyens de production d’électricité alternatifs, l’Etat français décidait de missionner EDF
pour développer l’énergie solaire.

Compte tenu de son ensoleillement exceptionnel, EDF choisit alors la Cerdagne pour construire une
centrale électro-solaire.

C’est dans ce cadre que le Conseil Général des Pyrénées-Orientales acquit les terrains nécessaires
sur la commune de Targasonne pour implanter THEMIS, 1ère centrale solaire à concentration à tour
au monde. La centrale de Thémis, propriété du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, a été implantée stratégiquement en Cerdagne, pour ses conditions météorologiques qui sont très favorables au développement de l'utilisation de l'énergie solaire. La Cerdagne bénéficie d'une exposition de près de 2 400 heures de soleil par an, un vent très faible limitant les temps de non-fonctionnement des installations de la centrale, et se situe à une altitude (1 650 à 1 690 m) favorisant la réception du rayonnement solaire direct.

Opérationnelle en 1983, l’Etat décidait d’arrêter l’exploitation de la centrale, jugée trop coûteuse, dès
1986. Les infrastructures profiteront alors à la recherche en astrophysique pendant plus de 20 ans.
En 2004, le Département, propriétaire des installations, décide de redonner sa vocation solaire à
Thémis.

En 2012, Christian Bourquin, Président de Région et Hermeline Malherbe, Présidente du Conseil Général
engagent conjointement les travaux de réhabilitation du site pour en faire l’une des 1ères plateformes
européennes de Recherche et Développement sur les technologies solaires concentrées
thermodynamique (CSP) et photovoltaïque (CPV).

DESCRIPTION DU SITE :

Le site de la centrale Thémis couvre une superficie de 102 ha et se structure autour de 4 équipements principaux :
  • un champ d’héliostats, structures mobiles équipées de miroirs, qui suivent automatiquement la course du soleil pour réfléchir et concentrer en permanence le rayonnement solaire sur une cible en haut d’une tour. Sur les 201 prévus initialement, 195 sont aujourd'hui pleinement utilisables (les 6 autres ayant été démantelés pour les besoins des expériences d’astrophysique) ;
  • la tour de 105 mètres de haut, au sommet de laquelle se concentre le rayonnement solaire provenant des héliostats ;
  • un bâtiment usine, de 2 315 m2, qui abritait initialement l'ensemble de la centrale électrique et le système de conservation de chaleur. Aujourd’hui, ce bâtiment accueille le public pour les expositions d'été de la Cité des sciences et de l'industrie ;
  • un bâtiment de bureaux, qui a abrité jusqu’à l’été 2004 l’équipe du CNRS IN2P3 travaillant sur la détection du rayonnement gamma est aujourd'hui inutilisé.

LE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME THERMODYNAMIQUE EN BREF :

L'installation est composée de 201 héliostats (miroirs géants orientés vers le soleil) qui concentrent les rayons du soleil vers une tour qui héberge à son sommet un récepteur solaire où circule un fluide caloporteur.

Chauffé par les rayons, celui-ci transférait son énergie à un circuit d'eau. La vapeur alors produite actionnait une turbine, comme dans une centrale thermique.

La tour est désormais utilisée par le laboratoire PROMES-CNRS pour développer de nouveaux procédés de valorisation de l'énergie solaire concentrée grâce à 2 zones expérimentales :

 
  • l'une au foyer historique où 4 MWth d'énergie sont disponibles grâce à 117 héliostats rénovés,
  • une nouvelle à plus petite échelle (150 kWth). L'accent est mis sur des procédés à plus hautes température que le système original pour obtenir de meilleur rendement de conversion thermodynamique
L'ACCUEIL POUR LES GRANDS ET LES PETITS :

Depuis 2014, elle ouvre ses portes aux visiteurs pendant certaines vacances scolaires, notamment celles d'été.
Le site propose un programme divers d'animations et d'expositions  :
  • Visite guidée du site
  • Ateliers ludiques : expériences "didacsol", constructions solaires, conduite de véhicules electro-solaires
  • Salle de jeux
  • 3 expositions sur le Soleil et les énergies
  • Projection de films documentaires